Epidémie de grippe : hécatombe ou intox ?

Les médias n’ont pas hésité à utiliser le mot « hécatombe » pour parler de l’épidémie de grippe ces derniers jours. Après les 13 morts dans une maison de retraite, les médias se veulent alarmistes vis-à-vis de cette épidémie. Une mise au point est nécessaire.

 

Seuil épidémique de grippe

 

Chaque année, la France rentre dans une phase épidémique de grippe. Au-delà d’un seuil dit épidémique (aujourd’hui 179 cas pour 100 000 habitants), des mesures de limitation de transmission du virus sont mis en place, ainsi que des mesures de capacité de soin. Les tendances sont suivies par des épidémiologistes spécialistes afin d’anticiper le besoin de santé.

En France, c’est le réseau SENTINELLE, regroupant chercheurs, médecins généralistes et pédiatres qui recueille les données et analyse les évolutions. Depuis novembre dernier, un autre groupe, grippenet.fr, surveille la grippe mais dans des populations spécifiques comme les femmes enceintes cette année.

Chaque semaine, ils dressent un bilan avec des graphiques clairs et des cartes typés météo afin de mieux visualiser l’épidémie. Le dernier communiqué précisait : « les tableaux cliniques ne présentent pas de signes de gravité ». Leurs modèles statistiques prévoyaient une augmentation modérée des syndromes grippaux pour atteindre son pic cette semaine ou la semaine prochaine.

 

Une grippe classique

 

Avec 395 cas pour 100 000 habitant à une semaine du pic, la France est en pleine épidémie de grippe, bien au-dessus de son seuil d’alerte. L’an passé, près de 500 cas pour 100 000 habitants, l’année précédente, plus de 800 ! L’épidémie 2016/2017 est donc classique, avec un virus A largement majoritaire (H3N2) et près de 800 000 personnes en consultations depuis le début de l’épidémie (4 semaines).

 

Une grippe tout aussi ravageuse

 

Même si elle est « classique », ce virus tue chaque année près de 5000 personnes ! C’est plus que sur la route. Ce sont majoritairement les personnes de plus de 65 ans qui sont touchés mais les plus fragiles comme les immunodéprimés, les nourrissons et les déficients pulmonaires, le sont aussi. C’est la raison pour laquelle ces populations reçoivent chaque année une incitation à la vaccination. Si aujourd’hui, il est un peu tard pour se faire vacciner, les médias diffusent des messages rappelant les mesures nécessaires à la limitation de la propagation du virus que je vous recommande de suivre…

 

En conclusion, une épidémie de grippe fait malheureusement toujours des victimes. Les médias s’en rendent compte et il est important de sensibiliser les populations à cette maladie, trop souvent banalisée et confondue avec un rhume. C’est sûrement un mal pour un bien qui incitera chaque personne et surtout les populations fragiles à se protéger, notamment par les recommandations de non propagation du virus et de la vaccination l’an prochain…

 

Plus d'infos :http:

//social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/grippe-recommandations-de-prevention

https://websenti.u707.jussieu.fr/sentiweb/*

Recommandation contre la grippe

 

 

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS