Saisie record de faux médicaments

Pangea X a encore frappé ! L’opération mené par Interpol dans 123 pays du 12 au 17 décembre 2017 a entrainé la saisie record de 25 millions de médicaments contrefaits et interdit dans le monde pour un montant de près de 51 millions de dollards. En France, ce ne sont pas moins de 433 000 produits de santé illicite et 1.4 tonne de produits de santé en vrac qui ont été saisis, principalement d’origine d’Asie et de Singapour. Résultat : plus de 400 interpellations, 3500 sites fermés dont 178 en France et 3000 publicités illégales !

Un trafic en plein essor

Même si le trafic est mondial, c’est le continent africain, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique latine qui sont y particulièrement exposés. Il faut dire que ce trafic est particulièrement rentable. L’IRACM estime que pour 1000 euros investit, les bénéfices peuvent aller de 200 à 400 000€ ! Et certains pays ne punissent que très peu ces crimes. Le Sénégal par exemple punit par quelques jours de prison. A l’inverse, certains pays ont pris la mesure de ce fléau et vont jusqu’à des peines de prison très élevé voir la peine de mort en Chine !

Le risque des médicaments illicites

Qui achète ces contrefaçons ? Dans les pays les moins industrialisés, ce sont les habitants qui peuvent en acheter via les filières officielles. En Europe ou aux Etats-Unis, c’est le développement d’internet qui permet de se procurer ces produits. Malheureusement l’acheteur n’est pas au courant et il peut parfois en payer les frais. Un faux médicament peut effectivement ne rien contenir et dans ce cas sa maladie n’est pas soignée et peut se dégrader. Mais il peut y avoir autre chose, voire même des produits toxiques ou interdit à la vente. La copie illégale ou « la contrefaçon », n’entraine que la dérégulation du système de soin, pas forcément le risque pour la santé. Mais un médicament falsifié entraîne de vrais risques pour votre santé. Acheter sur internet sans la connaissance de l’origine du vendeur, de la fabrication du médicament, les conditions de conservation et le suivi « après-vente » (pharmacovigilance) vous expose gravement. Rappelons que l’OMS estime que plus de 1 médicament sur 2 acheté sur internet est un faux médicament !

Une sécurité sans faille en France

L’organisation de la chaîne d’approvisionnement en France permet d’atteindre la sécurité maximale. Aucun faux médicament n’est jamais sorti des pharmacies françaises. Le contrôle de la chaîne de fabrication et de distribution du début jusqu’à la remise aux patients est permanent, supervisé par des pharmaciens et le nombre d’acteur est limité. Pour la vente en ligne de médicaments, la France autorise les sites les plus sécurisés et rattachés à des pharmacies physiques pour les médicaments ne nécessitant pas de prescriptions médicales. Vous retrouverez les sites autorisés sur le site de l’ordre des pharmaciens : http://www.ordre.pharmacien.fr/Le-patient/Vente-de-medicaments-sur-Internet-en-France

Pour lutter contre ces trafics, vous devez en être l’acteur. N’achetez que dans des pharmacies françaises en vous rendant dans la pharmacie de votre choix ou sur des sites autorisés en France.

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS